Previous:

CFP: Summer University: Primary Sources at Work. Nazi Looted Art, Centre Pompidou Paris, 2-11 July 2015

Laws, Policies and Guidelines
Events and Conferences

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY’S SUMMER UNIVERSITY
2 - 11 July 2015

PRIMARY SOURCES AT WORK
Nazi Looted Art - the Parisian scene

Programme: As pdf, click here.

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY
Musée national d'art moderne/CCI, Centre Pompidou
Vue de la salle dite « des martyrs » au Musée du Jeu de Paume, Paris. Négatif n/b sur planfilm 20 x 25 cm. Partie gauche de deux prises de vues réalisées à la chambre photographique au printemps 1942 par le service photographique allemand du ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg). Ces négatifs ont servi ces dernières années à une identification quasi complète des oeuvres spoliées et exposées dans les salles du Jeu de Paume à l’époque : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-jdp.htm

LES SOURCES AU TRAVAIL
Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015
Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky/ MNAM/CCI
2-11 Juillet 2015

L’Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages et appropriations. Initiative interdisciplinaire, l’Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, etc., qui partagent un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires. La grande table-vitrine autour de laquelle s’assemblera l’Université d'été sera implantée dans l’espace du musée même. Les cimaises dont la table-vitrine est entourée recueilleront des reproductions des sources archivistiques et des documents proposés ou évoqués par les participants au cours des séances. A l’issue de chaque étape du déroulement du programme de l’Université d'été, ces planches d’un « Atlas des sources » seront photographiées. Dans le cadre d’ateliers d’écriture, les planches seront annotées, commentées et assorties de notices par les participants et les intervenants, sous la conduite d’une direction artistique et avec l’aide de graphistes qui en assurent la mise en page. La production éditoriale de ces échanges, le « Journal de l'Université d'été de la Bibliothèque Kandinsky », sera alors, tout à la fois, un recueil de sources, un reflet du travail accompli et des questionnements partagés, et une création visuelle du savoir.
Avec le concours des Archives diplomatiques et des Archives Nationales

JEUDI 2 Juillet 2015, Ouverture et Journée inaugurale
9h00
Accueil des participants (à côté de l’Atelier Brancusi) et petit déjeuner de bienvenue
10h00–13h00
Présentation de l’Université d’été suivie par un tour de table (Musée, Niveau 4)
14h00
Éric MICHAUD, directeur d’études, CRAL-CEHTA, EHESS
« L’histoire de l’art et le sang germanique : de la Völkerwanderung au national-socialisme »
15h00
Florent BRAYARD, directeur du CRH, responsable de l’équipe
« Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS « Le meurtre des Juifs d'Europe »
16h00 – 17h30
Discussion
18h30
Ouverture publique de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Petite Salle. Entrée libre
Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou
Bernard BLISTÈNE, Directeur, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou
19h00
Conférence inaugurale
Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art à la Technische Universität Berlin
« La "diaspora des oeuvres". Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées.»

CHAPITRE I. BIOGRAPHIES DES OEUVRES ET DES COLLECTIONS

VENDREDI, 3 Juillet 2015

9h30
Elia GAETANO
« Les Italiens de Paris »
9h45
Valerie ENDER
« The lost artworks of the Thannhauser galleries during WWII »
10h00
Wiebke HÖLZER
« French artworks in the collection of Max Liebermann »
10h15
Discussion
10h45
Pause café
11h00
Leora AUSLANDER, Arthur and Joann Rasmussen Professor in Western Civilization, University of Chicago
« How things live the transition from peace to war and back again »
12h00
Discussion
14h00
Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky : questions pratiques, modalités de travail et objectifs

SAMEDI, 4 Juillet 2015

9h30
MaryKate CLEARY
« The Galérie Paul Rosenberg : Networks of trade and mechanisms of transfer in the Nazi-era French art market »

9h45
Nicolas FIERVILLE
« De la stigmatisation à la mémoire: l'itinéraire d'Otto Freundlich & de son Homme nouveau entre l'Allemagne et la France »
10h00
Discussion
10h45 – Pause café
11h00
Didier SCHULMANN, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, MNAM, Centre Pompidou
« Histoires d’oeuvres à l’épreuve des sources. Retour d’expériences »
11h45
Muriel de BASTIER, responsable du Service des biens culturels de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS)
« Portrait d'un homme : l'itinéraire du MNR n° 801 jusqu’à sa restitution »
12h15
Discussion
14h30
Atelier de travail autour des oeuvres MNR dans les collections MNAM/Centre Pompidou, avec Camille MORANDO (responsable de la documentation des oeuvres pour les collections modernes au MNAM/ référente pour les oeuvres MNR, MNAM/ Centre Pompidou)
17h00
Visite au Jeu de Paume

CHAPITRE II. BIOGRAPHIES DES FONDS D’ARCHIVES ET DES SOURCES ECRITES


LUNDI, 6 Juillet 2015


Journée de travail accueillie par les Archives diplomatiques (Ministère des Affaires Etrangères), à La Courneuve, avec Frédéric BALEINE DU LAURENS, ministre plénipotentiaire hors classe, Anne LISKENNE, conservatrice et Cyril DAYDÉ, conservateur

10h00
Christian FUHRMEISTER, historien de l’art, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich
« Pour une cartographie historique et géographique de fonds d’archives sur les spoliations nazies d’oeuvres d’art »
11h00
Ines ROTERMUND-REYNARD, historienne de l’art
« Une diaspora d'archives : parcours d'archives privées»
12h00
Frédéric BALEINE DU LAURENS, ancien directeur des Archives diplomatiques
« Une histoire des archives de la spoliation aux Archives diplomatiques »
13h00
Déjeuner sur place
14h00
Patricia KENNEDY GRIMSTED
« ‘Biography’ of ERR Archival Remains in France and Sources Relating to the Retrieval and Restitution of ERR Loot »
14h30
Emily LÖFFLER
« Retours d’oeuvres d’art depuis la Zone française d’occupation en Allemagne ou Comment faire parler le livre d’inventaire du Central Collecting Point Baden-Baden »
14h45
Sylvie HARBURGER
« Comment reconstituer la production artistique d’un artiste dont le fonds d’atelier a été pillé pendant l’Occupation, le cas Francis Harburger (1905-1998) »
15h00
Discussion
15h30
Présentation des instruments de recherche dans les archives de la récupération des biens culturels spoliés et des zones d’occupation française en Allemagne et en Autriche. Exposition de quelques documents-types, avec Anne LISKENNE et Cyril DAYDÉ

MARDI, 7 Juillet 2015
.

Journée de travail conçue et accueillie par les Archives Nationales, site de Pierrefitte avec Isabelle CHAVE,
conservatrice

1. Les lieux de l’histoire : la scène parisienne


10h00
« Des lieux de production des archives en 1939-1945 aux centres de conservation en 2015 : une lecture cartographique », par Yann POTIN, AN, et Cyril DAYDÉ, MAE
10h30
Échanges et questions

2. Les acteurs des pillages et de la spoliation

10h45
« Hermann Bunjes et la Kunsthistorische Forschungsstätte à Paris », par Christian FUHRMEISTER, ZIKG Munich
11h00
« Commissariat général aux Questions juives : organisation, rôle et archives », par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN
11h20
« Administrateurs provisoires et marchands d’art : rôle et traces dans les archives judiciaires », par Violaine CHALLÉAT-FONCK, AN
11h40
« Commissaires priseurs : ventes, marché de l’art et traces dans les archives », par Isabelle ROUGE-DUCOS, SIAF
12h00
Échanges et questions
12h20
Sophie JULIARD-LEPRÊTRE
« Marché de l’art et spoliation d’oeuvres d’art à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale »
12h45
Déjeuner sur place

3. Identification et revendication des biens patrimoniaux et artistiques spoliés


13h45
« L'administration des Beaux-arts et les spoliations (le rôle de Jacques Jaujard et de Rose Valland, la mise à l'abri des collections, la récupération artistique) », par Clothilde ROULLIER et Marine ZELVERTE, AN
14h30
Échanges et questions
14h45
MaƂgorzata A. QUINKENSTEIN
« Arthur Bryks and Foundation La Porza. The search for personal stories in the context of European history of looted art »

4. Indemnisations et restitutions

15h30
« Service de restitution des biens des victimes des lois et mesures de spoliations : organisation, rôle et archives », par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN
15h50
« L’indemnisation des biens spoliés dans le cadre des dommages de guerre », par Sylvie ZAÏDMAN, AN
16h15
Échanges et questions

5. Clôture de la journée.

16h30
« L’actualisation du Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions (Paris, La Documentation française, 2000) », par Emmanuel PÉNICAUT, SIAF

CHAPITRE III. VIE DES IMAGES ET DES REPRESENTATIONS

MERCREDI, 8 Juillet 2015


9h30
Leila DANZIGER
« Un atlas pour les bibliothèques spoliées »
9h45
Benjamin FELLMANN
« Nazi-looted pianos in the Palais de Tokyo : Primary sources and artistic practice at work. Laetitia Badaut Haussmann’s installation „No One Returns“ and the storage of pianos from Jewish owners in the basement of the Palais de Tokyo during the Occupation »
10h00
Raphaël DENIS
« La Loi normale des erreurs » : présentation du projet.
10h15
Discussion
10h45 – Pause café
11h00
Arno GISINGER, artiste et enseignant-chercheur à l’Université Paris 8, Paris
Retour sur l’exposition « Invent arisiert », Mobiliendepot Wien, Autriche (2000)
et Anna ARTAKER, artiste et chercheuse, Akademie der Bildenden Künste Wien (Autriche)
Retour sur l’exposition « Rekonstruktion der Rothschild’schen Gemäldesammlung in Wien », Autriche, (2013-2014)
12h00
Laetitia BADAUT HAUSSMANN, artiste, Paris (sous réserve)
Retour sur l’exposition « No One Returns », Palais de Tokyo, Paris (2010)
12h30
Ellie ARMON AZOULAY, artiste, Israel/ France
« Evolution of display and the role of Jeu de Paume »
15h00
Visite du Palais de Tokyo et du site Bassano avec Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherches au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique

JEUDI, 9 Juillet 2015

9h30 
Nathalie NEUMANN
« La photographe Gisèle Freund et la collection d’art romantique de son père, Julius Freund (1869-1941) »
9h45
Aurélie COUSIN
« La mise en exposition des oeuvres d'art spoliées par les nazis. Étude de cas de la collection de Jacques Goudstikker »
10h00
Thierry BAJOU, conservateur, Service des Musées de France et Alain PRÉVET, chargé d’études documentaires principal, chargé des dossiers des biens spoliés et de recherches de provenance, Service des Musées de France
« Les photographies prises au Jeu de Paume sous l’Occupation »
10h15
Discussion
10h45 – Pause café
11h00
Sarah GENSBURGER
« Ecrire l'histoire en images ? L'album de la spoliation des Juifs à Paris »
11h45
Catherine TIRABY, documentaliste des collections photographiques, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI
« Le Fonds Marc Vaux. Une source photographique sur les ateliers d’artistes »
12h15
Discussion
14h00
Visite et séance de travail au Fort de Saint-Cyr (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine) avec Jean-Daniel PARISET, conservateur

CHAPITRE IV. LES RECITS ET LEUR CONSTRUCTION

VENDREDI, 10 Juillet 2015


9h30
Marina NORONHA
« On Collecting and Curating as a System »
9h45
Olivier CREPIN
« Tensions entre enjeux narratifs et fidélité documentaire dans la bande dessinée biographique, l’exemple de Rose Valland, capitaine beaux-arts »
10h00
Discussion
10h30 – Pause café
10h45
Johanna LINSLER, IHTP-CNRS
« Des choses racontent l’histoire. La mise en récit de la Shoah à travers les spoliations antisémites : enjeux heuristiques, patrimoniaux et déontologiques. »
11h30
Marcel COHEN, écrivain
« Fils de déportés et écrivain: les contradictions de tout récit ». Retour sur Sur la scène intérieure. Faits.
12h15
Discussion
14h00
Didier SCHULMANN, Isabelle LE MASNE DE CHERMONT, conservatrice, directrice du département des Manuscrits, Bibliothèque Nationale de France
« Du discours de Jacques Chirac à l'installation de la CIVS : la fabrique du rapport Mattéoli sur les oeuvres d'art »
16h00
Préparation de l’Atlas des sources. Avec s-y-n-d-i-c-a-t (François Havegeer et Sacha Léopold), graphistes et Anne PAOUNOV, responsable du pôle Photographie, Service Audiovisuel, Centre Pompidou
18h00
Visite du site Lévitan avec Sarah GENSBURGER

SAMEDI, 11 Juillet 2015


9h30
Corinne BOUCHOUX, historienne, sénatrice de Maine-et-Loire, vice-présidente du groupe écologiste et vice-présidente de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication du Sénat.
« Traitement politique de la restitution des oeuvres d'art spoliées : de la communication avant toute chose (1945-2015) »
10h15
Markus STÖTZEL, avocat, Marburg
« Nazi looted art and restitution - history and latest developments, as seen from a law practitioner’s point of view »
11h00
Philippe SPRANG, journaliste, Paris
« Pillage des oeuvres d’art en France par le IIIe Reich, 1990-2015: le travail d’un journaliste d’investigation en France entre course d’obstacle, colère et stupeur »
11h45
Discussions
14h00
CONCLUSIONS et FINALISATION DE L’ATLAS

INTERVENANTS
:
Leora AUSLANDER, est professeure à l’University of Chicago. Fondatrice du Center for Gender Studies et membre du Center for Jewish Studies, elle est modernist et spécialiste de l’histoire de la France. Ses travaux portent sur la mémoire et la material culture. Elle adopte une approche d’histoire de la vie quotidienne et des problématiques gender, identité, citoyenneté. Son projet en cours porte le titre, “Strangers at Home, stays on the European continent - a comparative analysis of Paris and Berlin in the twentieth century”.
Anna ARTAKER est artiste et chercheuse à l‘Akademie der Bildenden Künste de Vienne (Autriche). Elle a mené récemment une recherche artistique sur la "reconstitution" de la collection viennoise des Rothschild à Vienne.
Laetitia BADAUT HAUSSMANN est artiste. Elle a exposé en 2010 dans le cadre de l’exposition Dynasty, Musée d’art moderne de la ville de Paris & Palais de Tokyo, Paris, le travail « No One Returns » sur la mémoire des lieux et des opérations de spoliation.
Thierry BAJOU est conservateur au Service des Musées de France.
Frédéric BALEINE DU LAURENS est ministre plénipotentiaire hors classe, ancien directeur des Archives diplomatiques.
Corinne BOUCHOUX est sénatrice de Maine-et-Loire depuis septembre 2011 et vice-présidente du groupe écologiste et vice-présidente de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication du Sénat. Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, titulaire du CAPES de Sciences économiques et sociales et docteure en Histoire (Université d’Angers), elle a effectué sa carrière professionnelle dans l’enseignement, jusqu’en 2011. En janvier 2013, elle a été rapporteure d'une mission d’information sur les «OEuvres culturelles spoliées ou au passé flou et musées publics : Bilan et perspectives ».
Elle est notamment l’auteure de Rose Valland. La Résistance au musée, Geste édition, 2006 et Si les tableaux pouvaient parler : le traitement politique et médiatique des retours d'oeuvres d'art pillées et spoliées par les nazis (France 1945-2008), PUR, 2013.
Florent BRAYARD est historien, directeur de recherches au CNRS. Il dirige actuellement le Centre de Recherches Historiques (EHESS-CNRS). Il a publié plusieurs monographies sur le négationnisme et surtout sur la politique nazie de persécution et d’extermination des juifs. Son dernier livre, Auschwitz, enquête sur un complot nazi, a été publié en 2012 au Seuil. Il est habilité à diriger des recherches depuis 2011 et dirige, avec d’autres membres de l’équipe Histoire et historiographie de la Shoah, un séminaire mensuel sur le même thème.
Violaine CHALLÉAT-FONCK est conservatrice du patrimoine, Archives Nationales, département de la Justice et de l'Intérieur.
Isabelle CHAVE est conservatrice en chef du patrimoine, responsable du département de l'Exécutif et du Législatif, direction des fonds des Archives Nationales.
Marcel COHEN est écrivain. Il a notamment publié, chez Gallimard, la trilogie Faits (2002 à 2010) ainsi que Sur la scène intérieure. Faits (2013).
Cyril DAYDÉ est conservateur du patrimoine, département des Archives, ministère des Affaires étrangères.
Muriel DE BASTIER est diplômée en histoire de l’art de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne. Après avoir été chargée de recherches sur les oeuvres « Musées nationaux récupération » (MNR) au musée du Louvre pour la Mission Mattéoli (1998-2000), elle est, depuis septembre 2000, responsable du Service des biens culturels de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS).
Christian FUHRMEISTER est historien de l’art et responsable des projets de recherche du Zentralinstitut für Kunstgeschichte de Munich. Il est l’auteur de plusieurs travaux de référence sur l’histoire de l’art en Allemagne dans l’entre-deux-guerres. Avec Nikola Doll et Michael H. Sprenger il a publié Kunstgeschichte im Nationalsozialismus. Beiträge zur Geschichte einer Wissenschaft zwischen 1930 und 1950 (Weimar: VDG 2005). Parmis ses projets de recherche : „Die Kunsthandlungen und Auktionshäuser von Adolf Weinmüller in München und Wien 1936-1945“ et „Rekonstruktion des Führerbau-Diebstahls Ende April 1945 und Recherchen zum Verbleib der Objekte“. Il a été récipiendaire en 2015 de la Karl-Ferdinand-Werner-Fellowship au Deutsches Historisches Institut de Paris.
Chargée de recherches au CNRS (ISP-UPO-ENS Cachan), Sarah GENSBURGER travaille au croisement de l'histoire et de la sociologie. Spécialiste de la mémoire et de l'histoire de la spoliation des Juifs à Paris,
elle a publié plusieurs ouvrages dont Witnessing the Robbing of the Jews. A photographic album, Paris, 1940-1944 (Indiana University Press, 2015) et Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire (Presses de Sciences Po, 2010). Elle a également été commissaires de plusieurs expositions dont « Retour sur les Lieux. La spoliation des Juifs à Paris » (2007, Passage du Désir, ancien camp de Lévitan).
Arno GISINGER développe depuis quinze ans une pratique artistique singulière qui lie photographie et historiographie. La fonction de l’archive, le statut du document et la parole du témoin sont au coeur de ses préoccupations artistiques. Il a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels Konstellation Benjamin (2009), Imagined Wars (2010) ou Topoï (2013). Entre 2012 et 2014, il a conduit en parallèle deux projets majeurs qui expérimentent les transformations des images confrontées aux différentes conditions des espaces d’exposition. Topoï propose une reconfiguration de ses travaux majeurs, tandis qu’Atlas, suite (réalisé en collaboration avec le philosophe Georges Didi-Huberman) interroge les relations complexes entre les oeuvres d’art et leur interprétation photographique. Il a exposé en 2014 dans le cadre du Nouveau Festival au Centre Pompidou le travail Invent arisiert (2000) sur les spoliations des biens juifs à Vienne en Autriche.
Monique LEBLOIS-PÉCHON est chargée d'études documentaires aux Archives Nationales.
Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle LE MASNE DE CHERMONT a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. Elle est actuellement la directrice du Département des Manuscrits à la Bibliothèque Nationale de France. Co-auteure avec Didier Schulmann du rapport « Le Pillage de l’art en France pendant l’occupation et la situation des 2000 oeuvres confiées aux musées nationaux » écrit dans le cadre de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, présidée par Jean Mattéoli. Elle a été commissaire d'exposition pour l'exposition "À qui appartenaient ces tableaux?" qui s'est déroulée du 25 juin au 26 octobre 2008 au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme à Paris.
Johanna LINSLER participe aux travaux du Comité d'Histoire auprès de la Commission d'indemnisation des victimes des spoliations (CIVS). Elle est titulaire d’une Maîtrise en Lettres modernes (Université de Bourgogne, Dijon) et d’un Master en Histoire (Paris I, Panthéon-Sorbonne). Actuellement elle est doctorante associée à l'Institut d'Histoire du Temps Présent (IHTP-CNRS).
Anne LISKENNE est conservatrice du patrimoine, département des Archives, ministère des Affaires étrangères.
Directeur d’études, Eric MICHAUD enseigne à l’ Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris (E.H.E.S.S.) Ses recherches portent sur les figures de l’homme nouveau qu’ont dessinées conjointement, au 19ème et au 20ème siècles, artistes, politiques et idéologues, ainsi que sur l’archéologie de ces représentations. Il a publié notamment Histoire de l’art : une discipline à ses frontières (Paris, Hazan, 2005) et Un art de l'éternité. L'image et le temps du national-socialisme (Paris, Gallimard, 1996).
Camille MORANDO est docteure en histoire de l’art et enseignante à l’Ecole du Louvre. Elle est la responsable de la documentation des oeuvres pour les collections modernes au Musée National d’Art Moderne/ Centre Pompidou et référente pour les oeuvres MNR. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages dont Victor Brauner: écrits et correspondances, 1938-1948 : les archives de Victor Brauner au Musée national d'art moderne (avec Sylvie Patry) (Paris: Ed. du Centre Pompidou / Institut national d'histoire de l'art, 2005) et Biographie d'André Masson - 1896-1941, vol. 3 de André Masson: catalogue raisonné de l'oeuvre peint, 1918-1941, (Vaumarcus: ArtAcatos, 2010).
Anne PAOUNOV est responsable du pôle Photographie, Service Audiovisuel, Centre Pompidou.
Jean-Daniel PARISET est conservateur et ancien directeur de la Médiathèque du patrimoine, Fort de Saint-Cyr.
Emmanuel PÉNICAUT est conservateur du patrimoine, Bureau des études et des partenariats scientifiques, Service interministériel des Archives de France (SIAF)
Yann POTIN est historien et archiviste au Département Éducation, Culture et Affaires sociales des Archives Nationales.
Alain PRÉVET est chargé d’études documentaires principal ainsi que chargé des dossiers des biens spoliés et de recherches de provenance, Service des Musées de France.
Ines ROTERMUND–REYNARD (DHI Moskau/Paris) a fait des études d’histoire de l’art, de rhétorique générale et de littérature allemande aux Université de Tübingen, de Paris 8 et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. En 2007, elle a soutenu sa thèse de doctorat (en co-tutelle Paris/Berlin) sur l’exil français et mexicain du critique d’art Paul Westheim. Entre 2003 et 2006, elle a travaillé en tant qu’attachée culturelle de la Fondation Arp (Clamart/Paris). Elle a enseigné les études germaniques et l’histoire de l’art à l’Université de Lille III, à l’Université de Paris I/Panthéon Sorbonne et à l’Université de Cologne. Dans le cadre des projets Post-Doc du DHI Moskau et de la Thyssen-Stiftung, elle poursuit ses recherches sur les archives déplacées à Moscou et à New York de Paul Westheim et de l’historienne de l’art Charlotte Weidler. Dernière publication : Echoes of Exile, Moscow Archives and the arts in Paris 1933-1945, édité par Ines Rotermund-Reynard (Walter de Gruyter, Berlin/Munich/ Boston 2014).
Isabelle ROUGE-DUCOS est chargée de mission aux archives privées, Service interministériel des Archives de France (SIAF)
Clothilde ROULLIER est archiviste au Département de l'Éducation, de la Culture et des Affaires sociales, Archives Nationales
Bénédicte SAVOY est professeure d’histoire de l’art à la Technische Universität, Berlin. Ses travaux portent sur les spoliations d’oeuvres d’art, sur les transferts culturels en Europe des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que sur l’histoire des musées et des collections. Elle est notamment l’auteure de Patrimoine annexé. Les saisies de biens culturels pratiquées par la France en Allemagne autour de 1800 (Paris, MSH, 2003).
Didier SCHULMANN est conservateur de la Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne/CCI. Co-auteur avec Isabelle le Masne de Chermont du rapport de la Mission Mattéoli « Le pillage de l’art en France pendant l’occupation et la situation des 2000 oeuvres confiées aux Musées nationaux » (2000). Avec Sophie Barthélémy, Florence Saragoza et Marc Favereau, il a été associé au commissariat de l’exposition « Fédor Löwenstein (1901-1946), trois oeuvres martyres » au Musée de Beaux-arts de Bordeaux, du 15 mai au 24 août 2014.
Philippe SPRANG est journaliste. Depuis 25 ans, il a multiplié les enquêtes sur la spoliation des collections juives pendant l'Occupation. Son premier article consacré au sujet des biens spoliés a été publiée dans "L'Evénement du Jeudi" en octobre 1990.
Markus H. STÖTZEL suit depuis 1997 les cas de restitution de propriété et d’art spolié. Il travaille depuis 2012 avec Mel Urbach, avocat américain spécialiste des restitutions et notamment des restitutions après l’Holocauste. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’art spolié et sur sa restitution. Il enseigne régulièrement et a notamment assuré, à l’Université de Berne, le cursus « Looted Art and Restitution » en 2014.
s-y-n-d-i-c-a-t (François Havegeer et Sacha Léopold). Sacha Léopold et François Havegeer travaillent à Paris sous le nom de s-y-n-d-i-c-a-t depuis leur participation à la première résidence « La Grande Ourse » au CAC Parc Saint-Léger en 2012. Ils investissent des projets transversaux de commandes graphiques où la pratique de l’image vient se confronter à l’installation et où la réalisation d’objets témoigne d’un questionnement des techniques d’impression.
Catherine TIRABY est documentaliste des collections photographiques, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou.
Sylvie ZAÏDMAN est responsable du Département de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Agriculture, Archives Nationales.
Marine ZELVERTE est conservatrice du Patrimoine, Département de l'Éducation, de la Culture et des Affaires sociales, Archives Nationales.

CHERCHEUR/E/S PARTICIPANT/E/S :

Ellie ARMON AZOULAY (Israël/France), Commissaire d’exposition indépendante et critique d’art
MaryKate CLEARY (États-Unis), ancienne Collection Specialist, Department of Painting and Sculpture, Museum of Modern Art, New York/ Director of Research, Art Recovery International
Aurélie COUSIN (France), Assistante administrative et scientifique, Musée de la Résistance et de la Déportation, Besançon
Olivier CREPIN (France), Doctorant Labex H2H
Leila DANZIGER (Brésil), artiste et professeure des universités, Université de l’État de Rio de Janeiro
Raphaël DENIS (France), Artiste
Valerie ENDER (Allemagne), Doctorante en histoire de l’art, Université de Cologne
Benjamin FELLMANN (Allemagne), doctorant en histoire de l’art, Universität Hamburg, Kunstgeschichtliches Seminar/ Université Paris VIII
Nicolas FIERVILLE (France), Université de Caen Basse-Normandie
Elia GAETANO (Italie), Université Statale de Milan
Patricia KENNEDY GRIMSTED (Etats-Unis/ Russie), Harvard University
Sylvie HARBURGER (France), chercheure indépendante
Wiebke HÖLZER (Allemagne), Humboldt Universität, Berlin
Sophie JULIARD-LEPRETRE (France), Doctorante en histoire de l’art, Université Pierre Mendès France, Grenoble
Emily LÖFFLER (Allemagne). Doctorante en histoire, Eberhard Karls Universität Tübingen / Centre Marc Bloch Berlin
Nathalie NEUMANN (Allemagne/ France), historienne de l'art, chercheur indépendant, Berlin
Marina NORONHA (Finlande/ Brésil), Doctorante, Aalto University, School of Arts, Design and Architecture, Helsinki
Malgorzata A. QUINKENSTEIN (Allemagne/ Pologne), Historienne de l’art/ Doctorante, Historical Research Centre, Polish Academy of Sciences, Berlin
PARTICIPANTS de la part de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation (CIVS)
Nicolas BÉNARD, chargé de la communication de la CIVS
Eléonore CLARET, stagiaire, CIVS
Eloïse GARNIER, responsable réseau de contrôle et d’investigation ; groupe de travail sur les provenances d’oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale (2013-2014)
France LEGUELTEL, magistrate, rapporteure à la CIVS, présidente du groupe de travail sur les provenances d’oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale
Isabelle RIXTE, archiviste/rédactrice ; groupe de travail sur les provenances d’oeuvres récupérées après la Seconde Guerre mondiale (2013-2014)
Sophie ZAGURY, magistrate, rapporteure à la CIVS
COMITE DE PILOTAGE de l’UNIVERSITE d’ETE de la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY
Didier SCHULMANN, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Mica GHERGHESCU, historienne de l’art, chargée du développement des services à la recherche, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Florent BRAYARD, historien, directeur du Centre de Recherches Historiques, responsable de l’équipe « Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS, Paris
Arno GISINGER, artiste, maître de conférences Université Paris 8
Johanna LINSLER, historienne, IHTP-CNRS

CALL FOR PARTICIPATION

Things last longer than people. At one point in time, when all players and witnesses are dead, only places and things remain to document history. Every commemoration of the Auschwitz liberation shows it well: there a fewer and fewer survivors and soon there will be none left. At the same time, current events are shattered by the reappearance - or the eventual restitution – of works of art looted by the Nazis during their anti-Jewish politics of persecution. Could it be than worth considering that works of art, by inscribing the past in the body of the present, remain the sole, obviously imperfect, witnesses of this policy which has fundamentally and lastingly changed Europe?

During the last twenty years, the crimes of plundered art and its subsequent restitutions were the object of various forms of discourse: historical, institutional, juridical or artistic. Numerous symposia as well as artistic projects are permeated by the crucial, even though technical, question of patrimonial legacy. For the next edition of its Summer University, the Bibliothèque Kandinsky will re-examine this question going along the primary sources.

Getting back to the topic of primary sources convokes the entire spectrum of their meanings and uses. Sources have a pivotal role in the writing and understanding of history. They also shed light on the often tortuous trajectory of some objects and on the legitimacy of restitution requests. They are frequently invested by complex intellectual and artistic operations seeking to find out the right distance in bringing up this phenomenon and the meanings of a past which inscribes itself in our present.

Nevertheless, a source “in itself” says very little. To make sense, it has to be articulated by multiple contextual connectors capable of conveying the stakes, scale and layers of the plundering process. A selection of sources will be available during the Summer University; participants are invited to bring up and contribute with their own resources, used in their research. Confronted to a diverse repertoire of sources, each participant will be expected to put together historiographical thinking, critical sense and inventiveness. The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2015 edition will give the opportunity to put the sources “at work” and to bring together young researchers, curators and artists around the poignant subject of Nazi looted art on the Parisian scene.

The Summer University will be a singular experience held on the very premises of the museum. Key-note speakers from various disciplines will animate and invest its program. It will be structured as a series of workshops exclusively focusing on original sources and around five core sections:

Biographies of works and collections
The museum is the institutional framework preserving works of art. A collection’s legibility is insured by displays and catalogues through historical and aesthetic narratives where works act like words. Sometimes there is a lack of modulation and historical depth that eclipses the singular identity of each item. Works of art are always loaded with their past. Plunder broke connections (economic, political, aesthetic, emotional) consecutive collectors developed with their works. Plunder dismantled collections. How many collections have been devastated during the World War II and how much they are missed? Works survive only through some words on lists that fail to reconstruct the intentions of collecting act; they represent damaged sources for the history of taste and reception. By going back to primary sources, the Summer University intends to rebuild, at the heart of the conservation site, biographies of works and collections and bring into collision the aesthetic discourse with the historical concern.

Biographies of archives and written sources
The history of looted art and of its restitutions is profoundly linked to the history of its archives. The historic legacy is at the same time intentional and random: some sources survive by accident; some others have been deliberately destroyed. By their very material existence they transform the places which host them. The most important body of archive is the institutional one, but there are also other forms of archive: professional or personal. We often ignore other existing ones. This second core section will explore archives’ improbable life: open or restricted, accessible or lost, looted, displaced, recovered, destroyed, rendered. Crossed-discipline research will expand the limits of provenance research. Each list of looted art is sometimes far more eloquent than the sum of information it gathers.

The life of images and representations
Sources are also visual. Archival images abound (photos, news films, sketches and drawings). Photography regularly accompanies the entire process: from the moment of acquisition and collection, to plundering and all the way to the restitution procedure. After all, Hitler himself knew the quality of his Linz ideal museum only through monumental photo albums. Images act at the same time as places and pretexts that trigger contemporary artistic interventions (destined also to enrich the future archival database). Learning to read images and between them is at stake in any reassessment of the plundering and restitution phenomena. It is important to investigate the paradox which made possible that the same images that were used in the looting were convoked during the restitution process.

Constructing narratives
What prospects are to be expected for this archival material? The future of the archive stands in its narrative potential. Each source can be a part of a great virtual narrative that will fail to be written in its entirety. The narrative construction starts with the production process: the photographer or the cameraman chooses a certain point of view and a certain frame; lists, reports, letters, obey some linear logics; places and sites speak. But the narrative constructions develop further away. The exegetic discourse (historical case studies, memoirs, literary and artistic fiction) ends up taking the place in the public sphere. Interrogating the narrative strategies will allow addressing the crucial stakes of a structurally politic phenomenon. The restitution process in its turn calls for new specific narrative devices: archive, enquiry, compensation, restitution.

Sites of history – the Parisian landscape
This transversal theme takes into its focal point the places and sites linked to the history of looted art and restitution. We will try to draw a Parisian cartography for these two forms of politic intervention that will lead to two different experiences: the permanent presence of preserved sites; the permanent voids, when those sites disappeared during the inexorable urban evolution. It will also draw the transfer of these primary sources from their production sites to archival repositories (ERR lists and reclaiming dossiers now at La Courneuve, circuits for the works of art from Jeu de Paume to museum deposits, “aryanisation” files from CGQJ today at Pierrefitte). We will try to invest these urban sites and understand at what extent specific moments of history come at the surface of the present.

Documenting the story
The Summer University’s “work history” will be daily documented through visual billboards inspired by Aby Warburg’s Mnemosyne Atlas. The museum’s general public will be able to follow the conceptual storyboard and its highlights. The different sheets of the Atlas will be gathered, at the end of the Summer University, in a publication.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is addressed to young historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators and artists.

Post-graduate students (PhD candidates, PhDs, post-doctoral researchers), artists and curators who wish to take part in the Summer University are invited to submit a proposal, as well as a CV, which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.

The proposal, which should be composed of circa 4,500 characters/700 words, may be written either in English or in French. It should be submitted in the form of a PDF document and should include the applicant's name, postal and electronic addresses, as well as the country the candidate belongs to, and the institution the candidate is affiliated with.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by April, 19th 2015

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.

All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before May, 8th 2015.

A participation of € 100 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and eventual institutional entries. Accommodation can be offered under special conditions yet to be determined.

If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.

Subject to financial modification, some expenses for a limited number of participants without any external financing might be granted.

SCIENTIFIC COMMITEE

Didier Schulmann, chief curator, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Mica Gherghescu, art historian, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Florent Brayard, historian, director of Centre of Historical Research, in charge of « Holocaust History and historiography » Research cluster, EHESS-CNRS, Paris

Arno Gisinger, artist, associate professor, Université Paris 8

Johanna Linsler, historian, IHTP-CNRS

For any inquiry :

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

Tel : +33 (0)1 44 78 46 65
*

Associate partner :

Centre de recherches historiques, Equipe « Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS

© website copyright Central Registry 2017